L’éclat de rire

rire

Un éclat a fusé d’un gigantesque rire
Déclenché par un gars à l’esprit affuté.
Il a jailli d’un bar et puis s’est envolé,
Porté par le mistral : petit bout d’un délire

Enorme et chahuteur qui faisait tressauter
Les bedons bien trop ronds d’un cénacle d’amis.
Fier de son évasion, l’éclat s’est donc enfui
Pour connaître le monde et pour y rechercher

D’autres rires farceurs, de joyeuses risettes
Dans le centre d’Aubagne… Entré dans un bureau,
Il n’y a rencontré qu’un sinistre maraud
A l’austère figure et qui faisait la tête.

Plus loin, rue Martinot, des gens bien tristounets
Allaient le regard droit, ne sachant plus sourire,
Des soucis plein les yeux. Et le visage en cire,
Quatre vieux trop sérieux, dans la rue du Plantier,

S’ennuyaient à jouer dolce à la pétanque…
L’éclat qui s’anémiait, de plus en plus chétif,
Se sentant bien faiblard et de moins en moins vif,
Commençait à chercher une solide planque

Pour vivre encor un peu, quand il stoppa soudain :
Des cris emplis de joie, une joyeuse aubade
De rires argentins jaillissaient en cascade
Et en pizzicati du fin-fond d’un jardin !

C’étaient des tout-petits jouant avec ivresse
En hoquetant de rire, hurlant comme des fous
Et se courant après. Virevoltant partout,
Profitant de la vie avec moult allégresse !

Comblé, l’éclat de rire est entré dans leurs jeux.
Il y a retrouvé quantité de copains
Qui chantaient et dansaient à l’ombre d’un grand pin :
Rires en ribambelle et enfants radieux !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’éclat de rire

  1. Lu sur Facebook :

    de Gilles Priollet :
     » Une merveille de bonheur simple »

Laisser un commentaire