L’éclair

 

Poème illustré par un tableau de :

Aïvazovsky
www.armenie-mon-amie.com

Un déluge cyclopéen,
Enorme pan d’énorme pluie,
Tombe en rideau sur le jardin.
Mugissant en cacophonie,

Par saccades des éclairs bleus
Rayent la nuit en explosant.
C’est une tourmente de feu,
De tonnerre, de bruit, de vent

Où le monde vire et dévire :
Le ciel et l’air, la terre et l’eau,
Il nous semble que tout chavire,
Qu’il n’y a plus ni bas ni haut.

Et puis soudain un craquement,
Enorme comme tout le reste !
Figés de peur, presque tremblants,
Nous n’osons plus faire un seul geste

Car dans la nuit bleue qui ruisselle
On ne peut vraiment plus sortir :
La raison défaille et chancelle
Tant la nature est en délire.

Mais au matin, le ciel est bleu,
Et notre olivier millénaire
S’est effondré, brisé en deux,
Frappé au coeur par un éclair.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire