Le voici…

Poème illustré par  un tableau de  :

René Constant
http://s1.artquid.fr

Enfin l’été est là, les cigales criquètent !
On l’a tant attendu qu’on n’ose encor y croire !
Allez, mon vieux Marius, viens nous servir à boire ;
Tant pis si ton pastis nous fait tourner la tête !

Profitons de ce temps : il ne va pas durer
Car d’ici quelques jours nous aurons bien trop chaud.
C’est ainsi par ici : dès qu’il fait vraiment beau,
Le soleil aussitôt ne sait qu’exagérer.

Profitons de ces jours où tout est idéal.
Pas de vent, mais des fleurs, du pastis, des cigales !
Que demander de plus aux dieux de la Provence ?

C’est l’été, et des gens au teint blanc ou vermeil
Vont affluer bientôt du fin-fond de la France
Pour venir se frotter à notre beau soleil.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire