Le voici…

Poème illustré par  un tableau de  :

René Constant
http://s1.artquid.fr

Enfin l’été est là, les cigales criquètent !
On l’a tant attendu qu’on n’ose encor y croire !
Allez, mon vieux Marius, viens nous servir à boire ;
Tant pis si ton pastis nous fait tourner la tête !

Profitons de ce temps : il ne va pas durer
Car d’ici quelques jours nous aurons bien trop chaud.
C’est ainsi par ici : dès qu’il fait vraiment beau,
Le soleil aussitôt ne sait qu’exagérer.

Profitons de ces jours où tout est idéal.
Pas de vent, mais des fleurs, du pastis, des cigales !
Que demander de plus aux dieux de la Provence ?

C’est l’été, et des gens au teint blanc ou vermeil
Vont affluer bientôt du fin-fond de la France
Pour venir se frotter à notre beau soleil.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.