Le Vieux Noyers

 

Accroché au flanc du côteau
Gît un village cabossé*
Qu’on a jadis abandonné
Pour mieux se rapprocher de l’eau

Bondissante et bleue du Jabron.
Près de cent ans qu’il dort ainsi,
Loin des Humains et de la vie,
Desséché et lové en rond

Comme un énorme chat de pierre.
La Grande Guerre l’a vidé
Des jeunes gens. Elle a brisé
Son rythme de vie séculaire,

Et les femmes ont renoncé
A charroyer seaux et tonneaux
Jusqu’à leur maison tout là-haut,
Maintenant vide, délaissée …

Pas des touristes, peu s’en faut !
Mais n’y vivent que les fantômes
Des enfants, des femmes, des hommes
En quête vaine d’un peu d’eau.

*Poème offert au village de Noyers

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire