Le Vieux de la montagne

C’est un géant discret, énorme et débonnaire
Qui règne sur l’Ubaye depuis des millénaires.
Sur sa tête chenue, la broussaille a roussi :
On est presque en hiver. Commodément assis

Au sommet du Chiran*, le Vieux de la Montagne,
Le menton dans les mains, contemple la campagne
Qui s’étend vers le Sud jusqu’au bord de la mer.
Tout est si pollué qu’il a le cœur amer

En voyant les dégâts perpétrés par les Hommes ;
Tueurs du monde bleu : c’est ainsi qu’il les nomme…
Au-dessus des cités stagne un triste brouillard
Maronnasse et malsain. Et il est bien trop tard

Pour que leurs vains efforts maintenant aboutissent.
Sombre et désabusé, le Vieux sent les prémices
D’un crash inéluctable depuis quelque temps
Car l’Homme détruit tout. Il y a bien longtemps

Qu’il court à l’extinction et sa fin est certaine ;
Il s’avère aujourd’hui que toute lutte est vaine…
Voici que le Chiran explose en mille feux ;
Un gigantesque orage aux furieux éclairs bleus

Eclaire jusqu’au coeur le fond de la vallée.
La Nature elle-même est lasse et accablée
Par cet automne fou tellement anormal
Que le Génie a peur. Car il sait que le mal

Est entré dans sa phase – hélas ! définitive.
La débâcle annoncée n’est plus du tout fictive.
Tant pis pour les Humains qui l’ont vraiment cherché !
La Terre libérée va se régénérer…

* le mont Chiran est un sommet des Alpes de Haute Provence

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Contes, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.