Le vieil ours

Poème illustré par :

Val
www.valpeintures.blogspot.com

Au centre du village une vieille masure
Dont les murs écaillés s’effritent peu à peu.
Sur les volets disjoints quelques traces de bleu,
Témoins de très anciennes couches de peinture.

Cette maison fait honte à tous les Meyreuilais,
Mais l’on n’ose rien dire et l’on marche très vite
Quand on passe devant. Car le très vieil ermite
Qui y vit esseulé peut se mettre à hurler

Pour mieux vous insulter si vous le dérangez.
C’est un vieillard rongé par l’âge et la colère,
Terrorisant les gens et tous ces pauvres hères
Qu’il déteste et ressent comme des étrangers.

Il est sale et barbu, on le dit cousu d’or
Qu’il cache sous son lit. Tout lui est ennemi ;
Terré comme un vieil ours, il ne sort que la nuit,
Ne faisant aucun bruit pour qu’on croit à sa mort.

Depuis longtemps déjà sa femme l’a quitté,
Tout comme ses enfants. Quand tout sera fini,
On le découvrira un jour tout racorni,
Ses serres agrippant des liasses de billets.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire