Le vieil escalier

Poème inspiré par un tableau de :

Rodrigue Daigle
www.rodriguedaigle.com

Le printemps a fleuri le très vieil escalier.
C’est dans ses joints moussus qu’incongrus y explosent
De jolis bouquets bleus étincelés de rose
Par le soleil tout neuf ; des graines incrustées,

Qui squattent le ciment délité par le temps,
Ont germé en douceur sur ses très vieilles marches
Incurvées au milieu, dures à la démarche
De qui est trop pressé et monte en se hâtant.

Doré par les rayons du soleil matinal,
Il donne sur l’Eglise et n’est plus emprunté
Que par de vieilles gens aux petits pas comptés,
Forçant à l’exercice un vieux corps tout bancal.

Agrippés à la rampe, ils font bien attention
A ne pas écraser ces jolies fleurs bleutées
Qui leur sont inconnues : essences transportées
Peut-être d’au-delà du froid septentrion ?

Mais ils sont peu nombreux, et le vieil escalier
N’est souvent qu’un décor couru par les touristes.
Il serait moins joli et sans doute un peu triste
Sans ces bouquets de ciel sur ses marches ocrées.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire