Le vent coulis

Il va vraiment falloir que nous calfeutrions
Le dessous de la porte : un petit vent coulis
S’acharne à pénétrer au coeur de la maison
Par ce point faible au Nord… Une source d’ennuis !

C’est un tout petit vent, pas encor le mistral ;
Un souffle bien léger et encor un peu mou
Qui ondule en douceur sur les herbes du val…
Mais au mois de novembre il faut s’attendre à tout

Car le vent de l’automne a l’âme d’un squatteur :
Dès qu’on ouvre la porte, il se rue au logis,
S’enroule autour de vous et détruit la chaleur
Engrangée patiemment. Oui ! C’est un vrai souci

Que ce maudit voyou qu’est ce sacré mistral !
Il faut s’en protéger en bouchant tous les trous
Par où peut s’immiscer son haleine infernale.
On va faire un boudin en mettant bout à bout

Des pièces bigarrées de tissu provençal
Qu’on va bourrer de thym, de son, de romarin !
Nous voici protégés – et ce n’est pas sans mal !
Le vent peut s’acharner à hululer en vain…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.