Le tian

  

www.avignon-et-provence.com

Sur le bahut ancien et tout luisant de cire
Est posé un plat rond à l’émail coloré
Par l’ocre de la terre dont il fut modelé.
La pièce est silencieuse et l’horloge soupire.

Un chaton effronté est assis près du tian,
Et l’or clair de sa robe est semblable à la teinte
Ocrée de la faïence qu’on pourrait croire peinte
A grands coups d’un pinceau roux et dégoulinant.

Mais le plat sert encor : il n’est pas seulement
Une poterie rare, un bel objet d’antan.
S’y préparent toujours de bons plats occitans,
Des gratins délicieux qu’ici l’on nomme … tians !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire