Le thon

Thon

Tontaine se sent lourd car il vient d’avaler
Une proie au mercure et au plomb : polluée
Jusqu’au bout de la queue. Il en a plus qu’assez,
D’autant qu’hier au soir on l’a pris au filet…

Mais il s’en est tiré : une chance inouïe !
Pourquoi donc l’existence en Méditerranée
Est-elle devenue un périple maudit
Où il faut affronter tout un tas de dangers ?

Le thon Tontaine râle et joue les séditieux.
« Dis donc, ton ton, Tontaine, est bien comminatoire ! »
Rugit le dieu Neptune à l’irrespectueux
Qui ose le braver. « Marre de ces histoires

Que vous me cherchez tous ! C’est la faute aux Humains
Si tout ce qui existe en Méditerranée
Est ainsi menacé ! Moi, je n’y suis pour rien ! »
Ne sachant plus alors à quel dieu se vouer,

Las et désabusé, le pauvre thon Tontaine
Réintègre son ban qui danse au fil de l’eau.
Il a perdu le rythme, et bientôt à la traîne,
Pour mieux se consoler il gobe un maquereau…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire