Le thon

Thon

Tontaine se sent lourd car il vient d’avaler
Une proie au mercure et au plomb : polluée
Jusqu’au bout de la queue. Il en a plus qu’assez,
D’autant qu’hier au soir on l’a pris au filet…

Mais il s’en est tiré : une chance inouïe !
Pourquoi donc l’existence en Méditerranée
Est-elle devenue un périple maudit
Où il faut affronter tout un tas de dangers ?

Le thon Tontaine râle et joue les séditieux.
« Dis donc, ton ton, Tontaine, est bien comminatoire ! »
Rugit le dieu Neptune à l’irrespectueux
Qui ose le braver. « Marre de ces histoires

Que vous me cherchez tous ! C’est la faute aux Humains
Si tout ce qui existe en Méditerranée
Est ainsi menacé ! Moi, je n’y suis pour rien ! »
Ne sachant plus alors à quel dieu se vouer,

Las et désabusé, le pauvre thon Tontaine
Réintègre son ban qui danse au fil de l’eau.
Il a perdu le rythme, et bientôt à la traîne,
Pour mieux se consoler il gobe un maquereau…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.