Le Théâtre de la Criée

Poème illustré par :

Vincent Honnoré
http://honnore.peintre.free.fr

C’était autrefois une Halle :
L’on n’y vendait que du poisson ;
Mais le poisson s’y vendant mal,
La Halle devint la maison

Du Théâtre au coeur de Marseille.
Melpomène et Thalie, les Muses,
Soeurs de la lune et du soleil
Chaque soir y jouent et s’amusent

A ressusciter du Passé
La Tragédie, la Comédie ;
Et des bluettes démodées,
Les drames du présent, la vie

Viennent aussi s’y inviter.
Marseille y rit, Marseille y pleure :
Le Théâtre de la Criée
Peint le monde en noir, en couleurs.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire