Le temps de l’Après

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Jacques Henner
(1829-1905)

C’est le temps de l’Après. Ce temps triste et très doux
Où novembre commence ; où les arbres sont roux
Avec parfois des jours ressemblant au printemps.
C’est le temps de l’Après… Comment était-ce, avant,

Quand vous viviez encor, mes amis disparus ?
L’automne est languissant ; le temps d’antan n’est plus
Où nous étions heureux, et à vivre, et à rire…
Le printemps et l’été ne sont que des soupirs,

Et l’on comprend soudain que les jours ont passé.
C’est si court, une vie ! L’été s’en est allé
Sans qu’on sache comment ; le temps va bien plus vite
Quand on est tout au bout, et personne n’évite

Que sa fin délabrée passe si tristement.
L’automne va couler… Peut-être qu’un printemps
Refleurira encor une dernière fois ?
Mais c’est, hélas ! l’Ailleurs qui impose sa loi…

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le temps de l’Après

  1. Maïté dit :

    Eh bien ma chère Vette ton poême est comme ce temps d’automne : pas plus gai.
    Je t’embrasse. Maïté

Laisser un commentaire