Le squatteur de coeur

Poème illustré par un tableau de :

Jie
www.facebook.com

Eve était seule, âgée, quand un matin de juin,
Une chose poilue a squatté son jardin :
Un chat tout maigrelet avec l’air d’un clochard.
« Va-t-en, Mimi ! Va-t-en ! Il est déjà bien tard !

Retourne donc chez toi » Mais il s’est approché…
Et en un rien de temps elle était adoptée
Car il était aussi bien seulet dans la vie.
Ils sont donc devenus deux excellents amis,

D’autant qu’il est soigné comme un enfantelet :
Vacciné, bien nourri, et chaque jour brossé,
Il n’a plus du tout l’air de ce chat de gouttière
Aussi maigre qu’un clou et qui criait misère.

Il semble apprivoisé… n’obéit pourtant pas,
Car un chat doit toujours garder son quant à soi !
Mais quand il fait son tour tout autour du quartier,
Il ne reste jamais bien longtemps éloigné

Car on dirait qu’il sait combien elle s’inquiète.
Il se frotte à ses pieds… sans lui faire la fête,
– Car un chat doit toujours rester fier et distant –
Mais ne peut contenir un doux ronronnement.

Quand elle est sur son lit, pendant qu’elle bouquine
Il s’en vient l’investir, s’asseoit sur sa poitrine
Et il pose sa patte arrondie sur sa joue
Jusqu’à ce qu’elle gratte, et son dos, et son cou.

Ses immenses yeux verts au regard insondable
– Car un chat doit toujours rester impénétrable –
La fixent sans ciller, mais disent : « Pour toujours ! »
Elle vit avec lui un grand roman d’amour…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le squatteur de coeur

  1. Maïté dit :

    J’ADORE !!!! c’est tout a fait ça. Mââââme Godin te bise

Laisser un commentaire