Le soleil rouge

Soleil rouge

Tout là-bas, à l’Ouest, un énorme soleil
Comme une boule rouge. Il paraît y flotter,
Tel un ballon d’enfant étourdiment lâché
Par une main pataude au-dessus de Marseille.

Posé sur l’horizon, il devrait s’enfoncer
D’ici très peu de temps au creux des vagues grises
Qu’il a enjolivées d’un clignotis cerise
Scintillant doucement sur les flots bleu foncé.

Mais l’eau juste au-dessous n’a pas l’air engageant :
Elle paraît très froide, et le soleil hésite
A s’y précipiter. Le suicide ou la fuite ?
Il faut se décider, en finir en plongeant

Jusqu’à demain matin. C’est la règle absolue…
Chaque soir l’astre-roi doit vraiment disparaître
Et dès le lendemain à l’Est réapparaître !
Conscient de son devoir, il s’est donc résolu

A bondir d’un seul coup… mais droit vers le ciel noir !
Un scandale total pour toutes ses ouailles :
Le soleil refusant d’obéir ! La pagaille
Pour la nature entière ! Un énorme foutoir

Qui a duré huit jours, manquant mettre le feu
A l’ordre du cosmos et à la paix mondiale…
Et puis il s’est lassé, et sa course normale
Tout autour de la Terre a repris peu à peu.

Mais l’on avait eu chaud ! Et depuis en Provence,
On est très satisfait qu’il poursuive sa course,
Car de notre bien-être il est l’or et la source.
Un soleil immuable ? On  a eu de la chance !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.