Le soleil à tout-va

Le soleil est scotché au-dessus du Midi ;
Il s’y plaît tellement qu’il va rester ici
Jusqu’au bout du mois d’août. Brillant de tous ses feux,
Il brûle à l’infini, étalé sur le bleu

Du ciel immense et pur tout brodé d’hirondelles.
Le mistral souffreteux enfui à tire-d’aile
N’a plus soufflé depuis le début de juillet,
Et chacun se demande où la pluie s’est cachée.

Le soleil, le soleil, et encor le soleil !
Le soleil bedonnant au gros ventre vermeil
Déployé dans l’azur sur toute la Provence,
Alors que tristement il pleut partout en France !

Notre soleil à nous éructant sa chaleur,
Qui nous rougit le nez et qui crame nos fleurs,
Qu’on aime tellement qu’on ne peut s’en passer :
Le seigneur du Midi et le roi de l’été !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.