Le soleil à tout-va

Le soleil est scotché au-dessus du Midi ;
Il s’y plaît tellement qu’il va rester ici
Jusqu’au bout du mois d’août. Brillant de tous ses feux,
Il brûle à l’infini, étalé sur le bleu

Du ciel immense et pur tout brodé d’hirondelles.
Le mistral souffreteux enfui à tire-d’aile
N’a plus soufflé depuis le début de juillet,
Et chacun se demande où la pluie s’est cachée.

Le soleil, le soleil, et encor le soleil !
Le soleil bedonnant au gros ventre vermeil
Déployé dans l’azur sur toute la Provence,
Alors que tristement il pleut partout en France !

Notre soleil à nous éructant sa chaleur,
Qui nous rougit le nez et qui crame nos fleurs,
Qu’on aime tellement qu’on ne peut s’en passer :
Le seigneur du Midi et le roi de l’été !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire