Le séducteur

Poème illustré par : 

Gérard Isirdi
www.isirdi.com

Tu devrais te lever ! Ce n’est pas raisonnable
De rester au soleil à te faire ainsi frire !
Tu voudrais m’apaiser avec ton doux sourire,
Mais tu n’es pas prudente ! Et ce soleil aimable

Qui t’est si agréable est un vil assassin !
Nous, nous le fuyons tous, et nous avons appris
Qu’il faut s’en méfier quand nous étions petits.
Mais à quoi bon gronder et pester : c’est en vain !

Car vous les gens du Nord en êtes trop privés ;
Il sait qu’il lui suffit de faire les yeux doux
Pour que ses proches proies, justement, ce soit vous,
Tant ils vous sent tentés, impatients et charmés !

Il aime votre peau tendre et si vulnérable,
Sa finesse rosée toute prête aux lésions.
Et ce grain de beauté ? Oh ! Quelle tentation :
Il va vite y semer une graine de crabe …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.