Le saule pleureur

Mais qui donc l’a placé ici ?
Quel est le monstre sans pitié
Qui a osé ainsi planter
Un saule dans notre Midi ?

Et c’est même en Haute-Provence
Qu’un incompétent a osé,
Là où le temps a des outrances
Qui vont vite le massacrer :

Le soleil, le gel et le vent …
Mais non ! Notre saule survit
Vaille que vaille et supportant
Même d’être frustré de pluie.

Il résiste et ses longs rameaux
Caressent le sol dénudé.
Peut-être bien qu’ils cherchent l’eau
Ou même un soupçon de rosée ?

Comme de longues larmes vertes,
Ses feuilles drues, fines, dentées
Explosant de vie déconcertent.
Tout alentour est desséché.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire