Le saule pleureur

Mais qui donc l’a placé ici ?
Quel est le monstre sans pitié
Qui a osé ainsi planter
Un saule dans notre Midi ?

Et c’est même en Haute-Provence
Qu’un incompétent a osé,
Là où le temps a des outrances
Qui vont vite le massacrer :

Le soleil, le gel et le vent …
Mais non ! Notre saule survit
Vaille que vaille et supportant
Même d’être frustré de pluie.

Il résiste et ses longs rameaux
Caressent le sol dénudé.
Peut-être bien qu’ils cherchent l’eau
Ou même un soupçon de rosée ?

Comme de longues larmes vertes,
Ses feuilles drues, fines, dentées
Explosant de vie déconcertent.
Tout alentour est desséché.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.