Le sac

sac

En rentrant du travail, elle a posé son sac :
Besace en cuir écru et plutôt avachie,
Achetée vite fait sans se soucier du prix
Sur un grand coup de coeur… Un bon coup de matraque !

C’est un vieux compagnon qui ne la quitte pas,
Pendu à son épaule et la suivant partout.
Son mari Philibert en est presque jaloux
Tant il est sans arrêt attaché à ses pas !

Un vaste fourre-tout chargé à en craquer
D’un grand n’importe quoi, parfois fondamental.
Maquillage, papiers : le minimum vital,
Plus un sacré foutoir ! Tant de choses cachées…

Pas seulement un sac sans beaucoup d’importance,
Mais un vrai quant-à-soi, et la boîte à secrets
Où nul n’aurait le droit de fourrer son grand nez.
Car c’est tout un destin qui le gonfle à outrance !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.