Le sabotier

A Lambesc autrefois vivait Jacques Leleu
Qui sabotait de neuf presque tout le village.
C’était un vieux garçon incroyablement sage :
Toutes les filles entour le trouvaient fort gracieux

Et l’auraient volontiers happé dans leurs filets,
Mais il les dédaignait, tout en restant de glace
Devant leur grand aplomb, leur mines et leur grâce.
Il travaillait son bois et il les ignorait.

Car le trop beau Jacquot avait un lourd secret :
Les soirs de pleine lune il devenait nerveux ;
Il fermait bien son huis, en traitant comme un gueux
Quiconque impudemment venait le déranger.

Et quand tout le village était bien endormi,
Il fusait de chez lui, se métamorphosant
En cet énorme loup dont rêvaient les enfants
Et qui mettait à sac poulaillers, bergeries …

Il s’en prit même un soir au vieux Jean Dallici
Qu’il terrorisa tant que son coeur le lâcha.
C’en était vraiment trop et lors l’on décida
De faire des battues pour le mettre en charpie …

C’est un vingt et un juin que Pierre des Ormeaux
Avec beaucoup de chance abattit d’un seul coup
L’homme-bête, Satan, l’immonde loup-garou :
Un monstre ensanglanté qui portait des sabots.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire