Le ronchon

Un phénomène étrange – il n’a pas l’habitude !
Et si beau qu’il oublie tous les inconvénients
D’une chute de neige. Or, c’est très contraignant
Et ça va entraîner un tas de servitudes !

Car il faut déblayer le trottoir en vitesse ;
Rentrer les fleurs en pots qui ont eu froid au pied,
Epandre du gros sel par poignées, balayer
Les allées du jardin ; et se frotter les fesses

Puisque la neige… glisse, et qu’il s’ y est vautré !
Il jure tant et plus, jugeant que la Nature
Est parfois casse-pieds ! Pourvu que ça ne dure
Que le temps de râler, peut-être… d’admirer,

Juste un petit moment ! Car il se sait à part :
Il devrait applaudir au décor féérique
Que la neige a brodé, comme toute la clique
De ces gens qui la louent à grands coups d’encensoir…

Mais il n’est pas rêveur, il faut lui pardonner !
C’est un vieux rabat-joie, incapable de voir
Ce qui est vraiment beau. Quand il se fait avoir
Et qu’il se sent ému, ça le fait ronchonner !

Et pourtant, là, c’est vrai… La nature a fait fort !
Tous ces festons de neige enjolivant les arbres,
Ces broderies de gel… Non, il n’est pas de marbre !
En tout homme réside un poète qui dort…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Hiver, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.