Le ronchon

Un phénomène étrange – il n’a pas l’habitude !
Et si beau qu’il oublie tous les inconvénients
D’une chute de neige. Or, c’est très contraignant
Et ça va entraîner un tas de servitudes !

Car il faut déblayer le trottoir en vitesse ;
Rentrer les fleurs en pots qui ont eu froid au pied,
Epandre du gros sel par poignées, balayer
Les allées du jardin ; et se frotter les fesses

Puisque la neige… glisse, et qu’il s’ y est vautré !
Il jure tant et plus, jugeant que la Nature
Est parfois casse-pieds ! Pourvu que ça ne dure
Que le temps de râler, peut-être… d’admirer,

Juste un petit moment ! Car il se sait à part :
Il devrait applaudir au décor féérique
Que la neige a brodé, comme toute la clique
De ces gens qui la louent à grands coups d’encensoir…

Mais il n’est pas rêveur, il faut lui pardonner !
C’est un vieux rabat-joie, incapable de voir
Ce qui est vraiment beau. Quand il se fait avoir
Et qu’il se sent ému, ça le fait ronchonner !

Et pourtant, là, c’est vrai… La nature a fait fort !
Tous ces festons de neige enjolivant les arbres,
Ces broderies de gel… Non, il n’est pas de marbre !
En tout homme réside un poète qui dort…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Chez nous, Hiver, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire