Le Rhône

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Van Gogh

Il est énorme et noir, tout gorgé de limon.
Quand il arrive enfin au coeur de son delta
Il ralentit son flot en étalant ses bras
Sur la boue grasse et bleue que le soleil corrompt.

Il est né de la glace aux confins des montagnes
Puis il a traversé un lac froid et brumeux.
Mais il a retenu son cours impétueux
Pour mieux saluer Lyon et sa grise campagne.

Après son unisson avec un fleuve sage,
La Saône qui l’apaise et le rend moins fougueux,
Il a repris sa course en fol impétueux,
Arrachant quelquefois des bribes au rivage .

Et puis enfin lassé il freine son allure,
Le voici assagi, repu, encalminé
Au fond de la Camargue où il s’est dilué.
Et la mer affamée s’en va le dévorer.

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire