Le rêveur

Poème illustré par un tableau de  :

Shalyka
www.shalyka.skynetblogs.be

Assis sur un muret, un petit monsieur rêve :
Immobile et plongé dans un songe éveillé,
Il est un peu bizarre. Le regard hébété,
Il rumine son mal ; sa souffrance est sans trêve.

Il a tourné le dos à sa vieille maison.
A quoi bon maintenant ? Et à quoi faire face
Puisqu’il a tout perdu ? Il pense et il ressasse
Depuis hier au soir à perdre la raison.

Des hommes sont venus et ils ont emporté
Sa femme Adélaïde. Elle était près de lui
Quand le flot gigantesque et furieux de la pluie
A forcé le garage où elle s’est noyée.

Et il n’a rien pu faire ! Et il ne reste rien
De sa modeste vie de petit retraité,
De tous les souvenirs de son si long passé !
Il souhaite la mort, le néant, leur soutien !

Depuis cent cinquante ans on n’avait jamais vu
Pareille inondation. Il y eut le barrage
Qui craqua autrefois… Mais cet énorme orage ?
Maintenant il fait calme ; il bruine sur Fréjus

Et le petit monsieur frissonne tout trempé,
Quand un ami navré pose sur ses épaules
Un plaid épais et chaud. En pleurant le vieux Paul
A saisi la main tiède et s’y est accroché.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.