Le rescapé

Oiseau-virginie-trabaud

Illustré par un tableau de :
Virginie Trabaud

Un tout petit oiseau sautille
Dans le jardin tout déplumé.
Minuscule yoyo emplumé,
Il fait ployer une brindille

De son infime poids ailé.
Le ciel pesant, le long hiver
Sans fleurs, sans lumière et… sans vers,
Ne semblent point le perturber !

Il n’a pas faim, non ! Il gazouille,
Vif comme l’air et guilleret,
Auréolé d’un liseré
De lumière au chatoiement rouille.

Joli spectacle, évidemment !
Peut-être bien une mésange,
Ou la miniature d’un ange
Aussi scintillant qu’un diamant

Dans les gais reflets du soleil ?
Soudain je frappe dans mes mains :
Je viens de voir sous le jasmin,
Emergeant de son lourd sommeil,

Ma petite amie carnassière,
La chatte Amour. Elle a senti
Qu’il y avait un étourdi
Non loin de là ! Le pauvre hère

N’a que le temps de s’envoler…
La chatte est restée toute bête,
La gueule bée sur sa défaite.
Quant à l’oiseau, il rigolait…

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Hiver, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire