Le refuge

couple-enlace

SONNET :

Lorsqu’il veut oublier qu’en une autre saison
Dormait auprès de lui sa charmante Juliette ;
Quand la honte s’en vient jouer les trouble-fête,
Son unique oasis, c’est encor sa maison.

Et pourtant il s’essaie à plus de déraison
En s’efforçant de vivre un peu à l’aveuglette ;
Il regarde alentour pour se vider la tête,
Mais presque malgré lui, il rentre à la maison

Car c’est sa faute, à lui ! C’est son comportement
De triste compagnon et de bien piètre amant
Qui ont bouté dehors son amie tant aimée.

Il n’y a que chez lui qu’il se sente encor bien,
Qu’il ressasse un peu moins repentir et regrets.
Mais sans son âme soeur, il est réduit à… rien !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Amours, Portraits, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.