Le refuge

couple-enlace

SONNET :

Lorsqu’il veut oublier qu’en une autre saison
Dormait auprès de lui sa charmante Juliette ;
Quand la honte s’en vient jouer les trouble-fête,
Son unique oasis, c’est encor sa maison.

Et pourtant il s’essaie à plus de déraison
En s’efforçant de vivre un peu à l’aveuglette ;
Il regarde alentour pour se vider la tête,
Mais presque malgré lui, il rentre à la maison

Car c’est sa faute, à lui ! C’est son comportement
De triste compagnon et de bien piètre amant
Qui ont bouté dehors son amie tant aimée.

Il n’y a que chez lui qu’il se sente encor bien,
Qu’il ressasse un peu moins repentir et regrets.
Mais sans son âme soeur, il est réduit à… rien !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Amours, Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire