Le printemps

 

 

 

 

 

 

 

Botticelli 
(1445-1510)

ll fait tendre, il fait bleu, l’air commence à tiédir.
Le ciel est pâle et blanc sur la garrigue rousse.
Un petit rien du tout qui se met à frémir
Fait glouglouter de l’eau qui jaillit de la mousse .

 Il fait tiède , il fait doux , l’air commence à bleuir .
Des pousses acérées pointent d’un peu partout ,
Et l’amandier fourchu a fini de rosir
Au fin fond du jardin tout pointillé de roux

Par l’or brun des bourgeons enchifrenés de sève ,
Les bourgeons boursouflés et encor corsetés .
Il fait chaud , il fait bon , il flotte comme un rêve
Où tout est délicat et vert avant l’été .

Car l’été est un ogre , ici . Il mange tout ,
Il dévore les feuilles , décime les oiseaux .
Il s’allie au soleil féroce et au mois d’août
Pour boire jusqu’au coeur l’eau vive des ruisseaux …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.