Le portillon

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Marc Janiaczyk
www.pagesperso-orange.fr/jean-marc.janiaczyk

Le joli portillon qui ferme le jardin
Est repeint tous les ans. Il clôt un paradis
Aimé passionnément, soigné à la folie :
Joli coin du Midi parfumé de jasmin

Dès les premiers beaux jours, ruisselant de lumière,
Et qu’arrose un vieil homme amoureux de ses fleurs,
Tous les soirs depuis mai, toujours à la même heure,
Avec un chapeau gris sur sa blanche crinière.

Cette année cependant le panneau de bois blanc
Attend sa réfection. Il y a quelques taches
De pluie et de moisi, et la très vieille gâche
Devrait être huilée. L’un de ses gonds qui pend

Aurait vraiment besoin d’être rafistolé !
Le jardin en détresse sent bon à perdre haleine,
Désirant ardemment que le vieillard revienne
Avec son arrosoir de fer blanc tout rouillé…

On est déjà en juin et il faudrait qu’il pleuve ;
Les plantes assoiffées commencent à souffrir.
Mais comment le jardin pourrait-il donc mourir
Puisque ses fleurs d’été sont encor toutes neuves ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.