Le portillon

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Marc Janiaczyk
www.pagesperso-orange.fr/jean-marc.janiaczyk

Le joli portillon qui ferme le jardin
Est repeint tous les ans. Il clôt un paradis
Aimé passionnément, soigné à la folie :
Joli coin du Midi parfumé de jasmin

Dès les premiers beaux jours, ruisselant de lumière,
Et qu’arrose un vieil homme amoureux de ses fleurs,
Tous les soirs depuis mai, toujours à la même heure,
Avec un chapeau gris sur sa blanche crinière.

Cette année cependant le panneau de bois blanc
Attend sa réfection. Il y a quelques taches
De pluie et de moisi, et la très vieille gâche
Devrait être huilée. L’un de ses gonds qui pend

Aurait vraiment besoin d’être rafistolé !
Le jardin en détresse sent bon à perdre haleine,
Désirant ardemment que le vieillard revienne
Avec son arrosoir de fer blanc tout rouillé…

On est déjà en juin et il faudrait qu’il pleuve ;
Les plantes assoiffées commencent à souffrir.
Mais comment le jardin pourrait-il donc mourir
Puisque ses fleurs d’été sont encor toutes neuves ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire