Le petit mas bancal

Maison volante

La maison d’Amélie dort sous son toit bossu.
La lune l’a vêtue d’une cape d’argent
Lui donnant tout à coup un bel aspect cossu
Qu’elle n’a jamais eu. Ce sont de pauvres gens

Qui habitent ici. Mais la nuit argentine
Est aussi une fée qui peut tout transformer
De son aura magique. Et la lune mutine
Va faire d’un taudis un superbe palais !

La lumière ruisselle, et les vieux murs cagneux
Se sont soudain couverts de mille pierreries ;
Les tuiles encrassées brillent de mille feux,
Peintes en un clin d’oeil de lapis lazulis.

Sur la garrigue bleue, la maison d’Amélie
Est comme un phare argent que caresse la lune ;
Et tout auréolée par la céleste pluie,
Elle va sûrement danser dans la nuit brune.

La petite maison au toit tout cabossé
Va cesser de payer au sort son lourd tribut ;
Et dans la nuit complice, elle va s’éclipser,
Emportant Amélie et toute sa tribu

Au pays bleu des fées où l’on n’est jamais vieux…
La maison d’Amélie, son petit mas bancal,
Transformé par la lune en un vaisseau radieux,
Dérive dans le ciel vers un monde idéal.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Contes, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire