Le Panier

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Josette Esnard
http://www.france.jedotoo.com

Avec ses rues pentues de toutes les couleurs,
Le linge coloré qui palpite aux croisées,
Et ces Méridionaux qui, quelle que soit l’heure,
S’affairent, gesticulent, trépignent sans arrêt,

C’est un quartier grouillant qui s’esclaffe et qui pleure,
Tout bouillonnant de vie, vif et cosmopolite ;
Un coin vibrionnant et gai, un séducteur
Qui sent le chiche-kebab, la paëlla, les frites.

On y vient de partout tant il est pittoresque
Avec ses escaliers, ses murs tout de guingois,
Ces horipeaux d’ailleurs, nippes carnavalesques
Vêtant  des Marseillais à l’allure de rois.

Mais un beau jour lassés de n’être que macaques
Pour les flots d’étrangers à bord du petit train,
Les gens exaspérés passèrent à l’attaque
Et jouèrent alors aux Blancs et aux Indiens :

Expliquant, excédés, qu’ils n’étaient pas un zoo,
Bombardant les gêneurs à coups de cacahouètes,
Ils parfirent le tout avec de grands seaux d’eau.
Puis les intrus enfuis, on commença la fête…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire