Le pacha

Dans la cuisine un chat, assis sur son derrière,
Regarde s’agiter des Humains farfelus.
C’est si bon de passer son temps à ne rien faire ,
Et c’est sûr que souvent il ne supporte plus

De les voir s’épuiser pour des trucs inutiles :
Faire cuire la viande, éplucher des machins…
Alors que la vraie vie n’est pas bien difficile :
Profit du temps présent, dédain du jour prochain !

Cependant, ses Humains, le chat les apprécie :
Ils le nourrissent bien et le gardent au chaud
Dans leur maison bien close. Et jamais ils n’oublient
De mettre près du feu le merveilleux poncho

Dont ils ont fait son lit, pour le moins confortable.
Ce qu’il aime un peu moins, ce sont leurs calinous.
Mais il est indulgent ; et quand ils sont à table,
Ils lui passent toujours de friands petits bouts

De ses mets préférés : foie de veau ou daurade,
Même s’ils les font cuire, en barbares qu’ils sont.
Sur le plan culinaire, une belle foirade !
Ce qui l’énerve aussi, c’est ce fichu poisson

Qui tourne à l’infini dans un bocal en verre
Qu’il ne peut approcher sans se faire attraper.
Le grand rêve du chat : faire tomber à terre
Le bocal du truc rouge et vite le croquer :

Il semble si dodu ! Oui, mais il se contrôle
Car il sait qu’illico il se retrouverait
Dans la rue, comme avant ? Alors il joue son rôle
De chat civilisé, tout comme ils le voudraient…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Hiver, Les gens, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.