Le mutant

Corot

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Baptiste-Camille Corot
(1796-1875)

Le mistral qui sifflote en badant par chez nous
N’est encor qu’une brise et va tout doux, tout doux
Au creux vert des chemins, y courbant l’herbe folle.
Il est rare pourtant que cette allure molle

Soit celle du vent fou qui peste et nous chahute
Quand il fait froid au Nord ! Qui s’en vient, hurle et lutte
Contre toute obstruction ! Bourrasquant à tout va,
Il fulmine et il tonne en un vaste combat !

Mais ce mistral de juin n’est pas vraiment normal :
Il est trop cajoleur ! Son froufrou musical
Est un souffle d’ailleurs, une brise trop douce
Agitée de tempos aux trop tendres secousses !

Où est notre gros vent, notre brute absolue
Dépouillant la garrigue et les collines nues
A force de fureur ? Cet ami du soleil
Dont les cris déchaînés fouaillent les oreilles ?

Celui-ci est trop doux : mistral de pacotille
Dont la douceur du temps insolemment étrille
La grand’force indomptée ! Même le vent se meurt,
Dont le climat qui change étouffe la vigueur…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire