Le musicien

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Jacques Testa 
www.tableaux-testa.net 

Sur la grand’place du village
Un musicien s’est installé.
Presqu’aussitôt le doux ramage
Des colombes s’est arrêté.

Il avait une contrebasse
Dont le bois était éraflé.
Sa piètre figure était lasse
Et ses boucles tout emmêlées.

Mais ses larges yeux écartés
Etaient si étranges, si bleus
Qu’aussitôt la vie s’est figée
Sous les vieux platanes ombreux.

Les doigts minces et effilés
Ont alors effleuré les cordes;
Elles se sont mises à chanter
Une mélodie monocorde.

Et sans pouvoir s’en empêcher,
En sautillant comme des chêvres ,
Les gens se sont mis à danser
Avec une chanson aux lèvres.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire