Le mur d’eau

Poème illustré par : 

Raguz
http://www.france-art-realisation.com

L’air lourd est jaune paille et la pluie tombe dru
Comme un flot dévalant du ciel pâle et très haut.
C’est une vraie muraille, une avalanche d’eau
Qui mitraille le sol, dégringolant des nues.

Il pleut ainsi depuis des heures et des heures,
L’eau commence à monter dans les rues de Cazan.
Une sirène hurle et rameute en beuglant
Tous les gens affolés, sidérés par l’ampleur

De cette pluie démente et raide qui les noie.
Le bruit qui bat les toits est vraiment effrayant
Et fait geindre de peur les tout petits enfants :
Ces trombes insensées déclenchent leur effroi !

Parfois l’orage gronde et un grand éclair bleu
Illumine le pan tendu comme un rideau,
C’est un haut mur liquide, une muraille d’eau
Qui tombe bruyamment du zénith et des cieux.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire