Le moteur

 Poème illustré par un tableau de :

Auguste Renoir
www.grandspeintres.com

Mini a un moteur au fond de la poitrine,
Qui démarre illico grâce à trois carburants :
Caresses, gros câlins et doux effleurements,
Ces substituts d’essence emballent la machine

Qui ronfle et qui frémit. Il se met à vibrer
Bien lové dans mes bras, le museau sur ma main.
La volupté lui ferme les yeux. Il est bien !
Et ronronne encor plus dès qu’on gratte son nez.

Quelquefois dans la nuit, quand il a fait son tour,
Il rentre à la maison et saute sur mon lit
Avec entre les dents une jolie souris
Qu’il pose sur mon drap pour prouver son amour.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire