Le moteur

 Poème illustré par un tableau de :

Auguste Renoir
www.grandspeintres.com

Mini a un moteur au fond de la poitrine,
Qui démarre illico grâce à trois carburants :
Caresses, gros câlins et doux effleurements,
Ces substituts d’essence emballent la machine

Qui ronfle et qui frémit. Il se met à vibrer
Bien lové dans mes bras, le museau sur ma main.
La volupté lui ferme les yeux. Il est bien !
Et ronronne encor plus dès qu’on gratte son nez.

Quelquefois dans la nuit, quand il a fait son tour,
Il rentre à la maison et saute sur mon lit
Avec entre les dents une jolie souris
Qu’il pose sur mon drap pour prouver son amour.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.