Le mot-scorpion

Elle est noire, elle est dure. Elle est cristallisée
Dans les tréfonds du coeur en tout petits cailloux
Aux faces hérissées de pointes aiguisées ;
Des dards empoisonnés dont le venin rend fou  ;

Des gravillons rugueux, un ballast dont  le poids
Entrave le tempo du coeur blessé qui lutte
Pour garder son débit… Puis elle se déploie,
Entraînant tout le corps dans une atroce chute

Dont il sort estropié. Car elle est meurtrière,
Capable de tuer. Son pouvoir est dément
Et pourrait embraser la terre toute entière,
En en éliminant le mot même d’amants.

Acide destructeur, sentiment corrosif
Et dont on peut crever : terrible est la géhenne* !
Comment peut-on subir un chagrin aussi vif ?
Comment peut-on haïr beaucoup plus que l’on aime ?

Vous laissant tout à nu, mutilé par la peine,
C’est un trouble insensé et qui ravage tout.
Qu’y a-t-il donc de pis sur Terre que la haine
Qui annihile l’âme en y forant des trous ?

* Géhenne : au Moyen-Age, la torture

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.