Le monstre

Poème illustré par un tableau de :
Joseph Ducreux
( 1735-1802 )

Paul est terrorisé car un monstre effroyable
Tournoie autour de lui depuis deux jours entiers.
Il a beau se sauver, l’autre est si détestable
Qu’il ne le lâche pas. Un monstre sans pitié

Ignorant qu’il peut être un pur anxiolytique
Pour le pauvre garçon ; que cette inimitié
Est issue d’autrefois, de ces temps archaïques
Où il savait tout juste à peine balbutier.

C’est depuis lors que Paul éprouve cette crainte,
Sans qu’il sache pourquoi. Un souvenir enfui
De ses rêves d’enfant ? Bien ridicule empreinte
D’un passé inconnu qui lui a toujours nui

Tant il a l’air idiot quand l’ennemi s’approche,
Tournoyant sans pourtant se soucier de lui !
Un monstre inoffensif. Mais c’est vrai qu’il est moche,
Et que sa saleté proverbiale vous nuit

Dès qu’il vous prend pour cible : il est plein de microbes !
Pourtant Paul est viril ; et fort dur est son cuir !
Alors qu’est ce gredin suscitant tant d’opprobre,
Tellement écoeurant qu’il peut le faire fuir

Tout au fond de l’Enfer jusqu’à ce qu’il s’y perde ?
Ce monstre terrifiant ? C’est une mouche à merde !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.