Le mois d’août

 

Poème illustré par :

Christine Dupire
http://peinture2provence.online.fr

Comment peut-il faire aussi chaud ?
Rien se saurait nous rafraîchir,
Nous nous sentons tout mous dans l’eau :
S’y baigner ? A peine un plaisir !

Le sable est brûlant sous nos pieds,
On n’y peut marcher qu’en sandales !
Les touristes sont si outrés
Que certains crient même au scandale !

Et à Trets ce n’est guère mieux :
L’asphalte fond comme les gens
Qui déambulent malheureux
Et assoiffés en se traînant

Jusqu’à la plus proche terrasse,
Sous les grands platanes ombreux,
Pour y déguster une glace.
Ils pestent, râlent, sont furieux !

Mais avoir chaud, c’est naturel
A la mi-août dans le Midi !
Regardez donc les hirondelles
Qui zèbrent le ciel sans souci …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire