Le mois d’août

 

Poème illustré par :

Christine Dupire
http://peinture2provence.online.fr

Comment peut-il faire aussi chaud ?
Rien se saurait nous rafraîchir,
Nous nous sentons tout mous dans l’eau :
S’y baigner ? A peine un plaisir !

Le sable est brûlant sous nos pieds,
On n’y peut marcher qu’en sandales !
Les touristes sont si outrés
Que certains crient même au scandale !

Et à Trets ce n’est guère mieux :
L’asphalte fond comme les gens
Qui déambulent malheureux
Et assoiffés en se traînant

Jusqu’à la plus proche terrasse,
Sous les grands platanes ombreux,
Pour y déguster une glace.
Ils pestent, râlent, sont furieux !

Mais avoir chaud, c’est naturel
A la mi-août dans le Midi !
Regardez donc les hirondelles
Qui zèbrent le ciel sans souci …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.