Le moineau

Il fait sec, il fait chaud. Il fait si sec et chaud
Qu’un incendie a pris pas très loin de Fuveau.
Le feu gonfle et s’étend, et la faune affolée
Tourne et va, va et vient, s’encourt à la volée

Jusqu’à l’étang des Drus en ne sachant que faire.
Bientôt le bois de pins deviendra un enfer !
Mais seul dans la mêlée un tout petit moineau
De son bec minuscule hume deux gouttes d’eau

Qu’il s’en va recracher aussitôt sur les flammes.
« Mais suis nous, crie un geai, n’y laisse pas ton âme !
Nous devons tous partir, nous sauver au plus vite !

Ne t’obstine donc pas, il faut prendre la fuite !
Que pourrais-tu y faire ? Il est déjà trop tard ! 
– Laisse ! dit le moineau. Je veux donner ma part ! »

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.