Le miracle des roses

Poème illustré par un tableau de :

John William Waterhouse
(1849-1917)

Arnaud de Villeneuve était un vrai radin,
Qu’irritait vivement la générosité
De sa fille Roseline ne barguignant jamais
A assister les gens tourmentés par la faim.

Un jour qu’elle sortait en douce du cellier,
S’étant approprié de pauvres rogatons,
Elle se fit pincer par Arnaud furibond :
« Que portez-vous, ma fille, en votre tablier ?

Montrez-moi vos larcins ou vous serez punie ! »
La pauvrette rougit, mais fut bien obligée
De montrer au seigneur les restes dérobés ;
Déployant le tissu, elle resta saisie

Car dans son tablier il y avait… des roses !
Une gerbe superbe et qui sentait fort bon,
Bien que l’hiver n’en fût pas vraiment la saison !
Quant à son père obtus, il en fut fort morose !

Après un tel exploit, que pouvait-elle faire,
Si ce n’est être « sainte » ? Elle mena sa vie
Fort religieusement, comme il était prédit,
Ignorant à jamais les attraits de l’Enfer…

Elle repose aux Arcs*, au coeur d’une chapelle
A l’écart du village ; et depuis sept cents ans,
Elle y est allongée, dormant sereinement,
Indifférente au temps qui fuit à tire-d’aile…

*Les Arcs sur Argens, dans le Var

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.