Le melon de Cavaillon

 

 Poème illustré par :

Dubois-Gérard
www.dubois-gerard.com

Il était une fois un gros fruit sans malice,
Une sphère blond-vert, un ballon ferme et clair
Qui ravissait la vue et dispensait sa chair
Sucrée et liquoreuse sous son écorce lisse

A toutes les familles non loin de Cavaillon.
Mais lors du déjeuner, c’était tout un tintouin
Pour en distribuer part égale à chacun :
Tous se sentaient lésés, se traitaient de fripons,

D’égoïstes gourmands ! C’était très difficile
D’être un découpeur juste avec ce fruit trop rond
Qui glissait et roulait comme un foutu ballon
Jusqu’aux quatre cent coins des tréfonds de la ville.

Lors le bon Saint Véran que chacun respectait
Se décida enfin à arranger les choses :
Il fallait promptement éliminer la cause
D’un tel chambardement et trouver une idée…

De son doigt effilé de prélat avisé,
Il traça sur les fruits une ligne équitable
Qui les prédécoupait en portions si semblables
Qu’heureux de l’équité, chacun fut satisfait.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Contes, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire