Le marathon de Marseille

Poème illustré par :

Ür
www.thefamousfrenchartist.com

J’ignorais être aussi novice
Mais l’effort est trop gigantesque !
Il se pourrait que je ne puisse
Tenir dans cet enfer dantesque !

Je n’en peux plus, mes muscles tirent
Tétanisés par la douleur…
Comment peut-on autant souffrir ?
Et pour rien, juste pour l’honneur ?

Quel geste fou m’a fait signer ?
Depuis des mois je cours, je cours…
Quand sera-ce enfin terminé ?
Je m’entraînais au fil des jours

Pour être l’un des tout-derniers !
Voici enfin le Quai du Port…
Oh ! Ne surtout pas m’effondrer
Alors qu’en moi un crabe mord

Mon coeur qui va cesser de battre !
Encor un peu… Est-ce fini ?
Oui ! Ne pas me laisser abattre
Par cette douleur infinie !

Plus que quelques mètres d’horreur !
Mes meilleurs amis applaudissent
Mon exploit si dur que j’en pleure.
C’est le terme de mon supplice…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.