Le marathon de Marseille

Poème illustré par :

Ür
www.thefamousfrenchartist.com

J’ignorais être aussi novice
Mais l’effort est trop gigantesque !
Il se pourrait que je ne puisse
Tenir dans cet enfer dantesque !

Je n’en peux plus, mes muscles tirent
Tétanisés par la douleur…
Comment peut-on autant souffrir ?
Et pour rien, juste pour l’honneur ?

Quel geste fou m’a fait signer ?
Depuis des mois je cours, je cours…
Quand sera-ce enfin terminé ?
Je m’entraînais au fil des jours

Pour être l’un des tout-derniers !
Voici enfin le Quai du Port…
Oh ! Ne surtout pas m’effondrer
Alors qu’en moi un crabe mord

Mon coeur qui va cesser de battre !
Encor un peu… Est-ce fini ?
Oui ! Ne pas me laisser abattre
Par cette douleur infinie !

Plus que quelques mètres d’horreur !
Mes meilleurs amis applaudissent
Mon exploit si dur que j’en pleure.
C’est le terme de mon supplice…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire