Le lutin domestique

lutin

Il est un gai lutin au fond de ma maison,
Un troll auquel je crois contre toute raison :
Curieux petit génie qui jamais ne déserte
Et sans lequel, vraiment, elle serait déserte…

Il est grand à peu près comme mon plus long doigt.
Difficile pour lui d’échapper à mon chat,
Mais comme il vit ici depuis des décennies,
Sa présence chez nous ne saurait être honnie,

Et il faudra qu’un jour Mimi enfin sensé
Comprenne que c’est lui qui doit se policer :
Le lutin est chez lui, et c’est bien nous qui sommes
Ses hôtes invités ! Idem pour tous les hommes,

Ces naïfs ingénus, en leur propre logis.
Un lutin en est maître, et souvent il agit
Sans qu’ils en sachent rien. Vraiment imprévisible,
Il régit tout son monde en restant invisible.

Tous ces petits ennuis qui vous cassent les pieds
Et vous font trépigner au milieu d’un guêpier
Vous flanquant le bourdon ? C’est lui ! Lui qui ricane
A vous voir submergé soudain par les arcanes

De soucis ménagers ou de petits fléaux,
Comme un grand court-circuit ou une fuite d’eau !
C’est lui, mes chers amis, lui qui en est la cause
Et vous n’y pouvez rien car vous êtes sa Chose,

Dont il fait ce qu’il veut ! Il est grand comme un doigt
Et paraît riquiqui ? Ici-bas, nul ne doit
Oublier son pouvoir : peu importe sa taille…
Méfiez-vous du lutin car c’est une canaille !

Mais oui, même chez vous : tout le monde en a un
Qui a ses petits trucs pour embêter chacun !
Vous ne m’entendez pas, ne voulez pas me croire ?
Attendez-vous bientôt à avoir des histoires…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le lutin domestique

  1. Malène dit :

    Bonjour Vette. Je suis certaine d’en avoir un, ici, à la maison car régulièrement mes aiguilles, du tissu… disparaissent et réapparaissent par enchantement! Lunettes aussi! Douce journée.

  2. Le pauvre… Il faut bien qu’il s’occupe !!!

Laisser un commentaire