Le jardin déserté

jardin fleuri

Le jardin se sent seul : il n’a plus de visites
Et l’on n’y descend plus comme au cours du printemps.
La chaleur est torride, et vraiment l’on hésite
A y aller flâner en prenant tout son temps

Car il est implanté au fond d’une cuvette,
Et, quand il fait très chaud, nul n’y peut traînasser
Pour s’y détendre un peu et s’y vider la tête :
L’on dirait un chaudron où bouillonne l’été !

Comme on l’arrose tôt, puis de nouveau le soir,
Il est aussi fleuri qu’un jardin tropical ;
Mais comme plus personn(e) n’y vient pour s’y asseoir,
Sa beauté un peu triste est presque théâtrale :

Il ne semble être là que pour faire joli,
Admirable décor au bas d’un escalier !
Coloré, parfumé, abondamment fleuri,
Il a l’air d’un Eden dont nous fûmes chassés.

Encor heureux pour lui qu’il y ait la fontaine
Gazouillant follement à longueur de journée ;
Et quelques mésangeaux pépiant à perdre haleine,
Supportant mieux que nous la touffeur de juillet…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire