Le jardin d’enfants

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Auguste Renoir
(1841-1919)

Le temps est si beau aujourd’hui
Qu’on va sortir les tout-petits :
Bien qu’on ne soit qu’en janvier,
Le soleil a pris en pitié

Ces petites fleurs humaines
Tout engoncées dans la laine
De leurs manteaux et leurs bonnets.
Ils jaillissent en forcenés

Dans la cour en poussant des cris,
Petites bestiol(es)  affranchies
D’une cage un peu trop étroite.
Mais l’allure encor maladroite

De certains presqu’encor bébés
Les rend balourds et empotés ;
Très très prudemment ils s’effacent
Du flux des plus grands de la classe.

On dirait de dodus moineaux,
Intimidés et tout patauds,
Et leur nez que lèche la bise
Est rouge comme une cerise.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire