Le jardin de Violette

ruelle à Fuveau M.Claire Houmeau

Poème illustré par un tableau de :

Marie-Claire Houmeau
www.artpeint.com

Sur deux mètres carrés de sa mini-terrasse,
Violette a fait pousser un tout petit jardin :
Un minuscule Eden, paradis citadin
Pour ses nombreux amis que ce modique espace

Ravit jour après jour tant il est riche en fleurs.
Un joli concentré de plantes provençales
Que la belle Violette, artiste sans égale,
Bichonne sans compter et avec tout son coeur.

Un tout petit jardin à la grâce onirique :
Sur deux mètres carrés, des plantes à foison
Se gorgeant de soleil à en perdre raison !
Des couleurs, des odeurs, des formes féériques

Qui font de son domaine un royaume enchanté
Baigné par le soleil plus tard que d’habitude,
Où l’on vit en pacha la tiède plénitude
Paresseuse et ouatée des plus longs soirs d’été.

ll est cependant vain de prier votre hôtesse
De vous donner le nom de tous ces végétaux :
Elle s’en contrefiche, et répond aussitôt
Qu’elle n’en sait trop rien ! Et c’est vrai : la diablesse,

Qui est peut-être fée, est pourvue de doigts verts :
Dès qu’elle effleure un peu les cailloux ou la terre,
Une pousse en jaillit ! Un immense mystère,
Mais dont Violette rit, car un monde à l’envers

Ne la dérange pas. Et notre jardinière
Se satisfait fort bien des deux mètres carrés
Que son don magnifie pour mieux contrecarrer
La laideur de sa rue qui manque de lumière.

Morceau de paradis, parcelle de beauté
Au fin-fond d’une rue du fin-fond de Marseille :
Echantillon d’Eden embaumé de merveilles,
Le jardin de Violette est un monde enchanté.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire