Le hamac

Poème illustré par un tableau de :

Gustave Courbet
(1819-1877)

Entre deux pins chenus vire une balancelle :
Des filins, un filet et une fille dessus
Et le balancement de la jolie donzelle
Fait taire les criquets crochés aux troncs tordus.

Certains parleraient d’un hamac.
Moi je préfère « balancelle » :
Ce mot sied mieux aux entrelacs
Où s’incurve son corps d’oiselle.

L’air sent bon l’herbe et la sariette
Distillant une odeur poivrée …
Mais le lacis de cordelettes
S’est soudain démantibulé !

Alors plus qu’humiliée, se frottant le séant,
Culbutée sur le sol cabossé et poudreux,
Profèrant moult jurons la délicieuse enfant
S’est mise à hululer en insultant les dieux.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire