Le hamac

Poème illustré par un tableau de :

Gustave Courbet
(1819-1877)

Entre deux pins chenus vire une balancelle :
Des filins, un filet et une fille dessus
Et le balancement de la jolie donzelle
Fait taire les criquets crochés aux troncs tordus.

Certains parleraient d’un hamac.
Moi je préfère « balancelle » :
Ce mot sied mieux aux entrelacs
Où s’incurve son corps d’oiselle.

L’air sent bon l’herbe et la sariette
Distillant une odeur poivrée …
Mais le lacis de cordelettes
S’est soudain démantibulé !

Alors plus qu’humiliée, se frottant le séant,
Culbutée sur le sol cabossé et poudreux,
Profèrant moult jurons la délicieuse enfant
S’est mise à hululer en insultant les dieux.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.