Le grand soleil d’été

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Van Gogh
(1853-1890)

Le soleil triomphant épandu sur la plaine
Dénudée par l’été s’y déverse en torrents
Jaillis droit de l’Enfer. Pas un souffle de vent
Pour adoucir un peu la torpeur africaine

Qui a franchi la mer en émanant du Sud.
La Provence est prostrée. Il y a bien longtemps
Qu’elle n’avait subi au mois d’août un tel temps,
Aride et meurtrier, qui peu à peu dénude

A force de chaleur les arbres assoiffés,
Torturés jusqu’au coeur par ce manque de pluie
Qu’on n’a jamais connu, même dans le Midi.
La forêt racornie sous le ciel asphyxié

Est si séche et si nue qu’elle peut s’enflammer
En un infime instant. Un seul miroitement
Sur un simple tesson, et c’est l’embrasement !
Il faudrait un orage ! On ne peut qu’espérer…

Mais le soleil flamboie, et inlassablement
Il fait pleuvoir sur nous un magma de lumière.
La garrigue asséchée, tout hérissée de pierres
Comme un grand désert gris, attend en suffoquant…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire