Le goéland

Du zénith a plongé un vaste goéland
Aux ailes étalées comme d’immenses voiles
Dans le ciel bleu du Sud. C’était un vaisseau blanc
Voguant sous le soleil, les myriades d’étoiles ;

Un oiseau déployé qui glissait dans la grise
Lumière du matin éclaboussé d’argent ;
Un oiseau qui planait emporté par la brise,
Dans l’air un peu brumeux d’un tout nouveau printemps ;

Un oiseau libre, énorme au-dessus de la mer
Encor pâle et tachée d’une ombre bleu foncé ;
Un goéland d’argent ruisselant de lumière
Qui fondait sur le Port : un éclair en piqué.

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.