Le four

 

Le coeur de la ville est comme harassé :
Il brûle et il fond sous le grand brasier
Tout exacerbé du soleil géant :
Août est vraiment là et montre les dents.

On ne pourrait plus regarder le ciel :
Il est bien trop blanc, la lumière est telle
Qu’elle brûle tout jusqu’à la rétine.
Août est vraiment là, couleur de platine.

Et l’ombre elle-même est courte et brûlante,
Il coule partout une nue ardente
Qui enflamme tout et qui tarit l’eau.
Août est vraiment là, énorme brûlot.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.