Le fauve

Chat-tigre

Il était devenu vraiment bien trop bouboule
Car il était gourmand, souvent avec excès ;
Mais depuis quelques jours, il en avait assez
Et avait décidé, pour éviter la foule,

De sortir bien plus tôt pour qu’on ne le voit plus…
Hélas , un beau matin, Léa la matinale
Découvrit par hasard l’animal en cavale :
Un tigre* qui flânait, grassouillet et velu.

Elle poussa des cris, alerta les gendarmes,
Les journaux, la télé, et même des savants :
« Surtout, ne sortez plus : un félin menaçant
Erre dans le secteur ! Il faut sonner l’alarme

Et rentrer les enfants ! Sortir un hélico…
Branle-bas de combat : la zone est dangereuse »
Sale publicité, plutôt malencontreuse
Pour le pauvre animal… La fin des haricots !

Il resta quelque temps au fond de sa cachette,
Terrorisé, fautif sans trop savoir pourquoi.
Et puis, n’en pouvant plus d’être ainsi aux abois,
Il osa prendre enfin la poudre d’escampette,

Et, heureux de rentrer, chez lui s’en retourna,
Sans se soucier du tout de l’énorme panique
Qu’avait pu provoquer son poids… problématique :
Un tigre ? Pas du tout, mais un énorme chat !

*Fait divers du 17 novembre 2014 !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire