Le fauteuil en osier

img_3201

 

 

 

 

 

 

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Robert Esnay
www.robert-esnay.com

Blanchi par le soleil et noirci par la pluie,
On l’a toujours vu là planté sur la terrasse.
Il a piètre figure, il est un peu moisi
Et sa seule couleur est celle de la crasse.

Bien campé sur ses pieds, il résiste au grand vent
Qui le fait tressauter, le pousse et le malmène.
On ne sait plus très bien d’où il vient, depuis quand …
Il a piètre figure, on le garde quand même

Car il est provençal, et d’augustes derrières
De très vieux grands-parents s’y sont un jour assis.
Il est de la famille, il est comme un grand frère
Dont les bons gros genoux sont toujours envahis

Depuis que tout petit on a pu y grimper,
Y passer un temps fou délectable en lectures,
En siestes infinies avec des Mots Croisés.
Il est même taché de vieille confiture …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire